On a testé pour vous : Forest Pack 6 et Corona 2

Deux releases importantes ont eu lieu ces derniers jours : Forest pack 6 et Corona 2. Commençons par Forest Pack. Pour ceux qui ne connaissent pas ce produit il s’agit d’un plugin 3ds max développé pour iToo software qui permet de distribuer, disperser des objets dans une scène. On l’utilise principalement pour peupler nos scènes de milliers d’arbres, de brins de gazon, de fleurs. On peut détourner astucieusement l’outil pour remplir des parkings de voitures par exemple. Dans le milieu de la visualisation architecturale, il est incontournable.

Forest a rangé sa chambre. 
La première amélioration est visuelle : tout ce qui s’était accumulé depuis environ 10 ans de vie du plugin a été trié, groupé, repensé. On peut activer ou désactiver l’affichage de groupe de paramètres comme les effets ou les animations ce qui permet d'alléger sensiblement l’interface de l’outil.

Forest PackTechniquement quoi de neuf ? 
Le plus important ce sont les nouveaux modes de dispersion comme le “Particle Flow” qui autorise la distribution d’objets sur des particules. L’image des lanternes chinoises illustre particulièrement bien cette fonction. Associé à des nouveaux effets qui permettent de lier l'âge des particules, on peut faire varier la couleur de la source lumineuse de la lanterne. On retrouve également le “path” qui permet de disperser un objet sur une ligne et le Reference qui place un marqueur que l’on peut bouger dans notre scène, auquel est attaché notre objet pour une plus grande souplesse de placement.

Nouvel outil pour les updates
Update manager permet de mettre à jour les bibliothèques de modèles, d’effets et de presets. On peut ainsi choisir le package dont on a besoin sans attendre une release intermédiaire du plugin. A noter que l’update manager est commun avec l’autre plugin d’iToo software : RailClone.

Forest PackEt chez Render Legion quelles sont les nouveautés de Corona 2 ?
Corona Render connaît un grand succès grâce notamment à une très belle qualité d’image brut de rendu, son optimisation mémoire et son rendu interactive d’une très grande réactivité et tout cela en CPU, ne nécessitant donc pas d’investissement pour la plupart des studios. 

CoronaQuelques semaines après la sortie de V-Ray Next qu’avons-nous dans la corbeille ?

Du feu, des nuages et des liquides !
La nouveauté mise en avant est la compatibilité avec FumeFX, PhoenixFD et OpenVDB. Pas spécialement intéressant pour le monde de la visualisation architecturale même si on pourra s’amuser avec des nuages en OpenVDB ou utiliser le nouveau “inside volume” pour avoir de la brume plus réaliste. J’imagine que le support de la fumée, feu, liquides… correspond à un nouveau marché moins archi auquel Render Legion aimerait s’attaquer.

CoronaSupport d’assets V-Ray

Le support intégré des VRayLight et VRayMtl permet, même sans avoir V-Ray installé, d’utiliser des assets au format V-Ray (à partir de la version 3.60). 

Plus de contrôle sur le bokeh
Le bokeh a été revu avec une palette plus large de paramètres comme l’anisotropy et le bias center. Sans être, pour moi, une “major features” il est toujours intéressant d’avoir une plus grande souplesse dans le traitement de cet effet.

CoronaNouveaux matériaux
La bibliothèque de matériaux s’enrichit de 110 nouveaux matériaux et les anciens s’appliqueront maintenant en mode RealWorldScale et Triplanar chaque fois que cela est pertinent. Cela nous facilitera le setting des scènes.

Corona

Mais aussi...
Parmi les avancées classées comme moins importantes par l’éditeur soulignons : un gain de vitesse de rendu pour le shadow catcher, une meilleure gestion du rendu des zones sombres et une amélioration du denoising des bump maps. 

Rappelons que Render Legion a décidé en début d’année de nommer ses versions avec un nombre entier en laissant tomber les points : pas de 2.X, on passera directement à la 3. Peut-être que dans mon esprit avec “Corona 2” j’attendais plus de features inédites, du coup je reste un peu sur ma faim.
 
Axée principalement autour des FX elle permettra cependant à de nouveaux utilisateurs de passer une partie ou l’ensemble de leur production sur Corona. 

Pour aller plus loin : 

Christophe Bicchierai